jeudi 21 juin 2007

Echange de l'été

J'ai participé à mon premier échange : celui organisé par la Souricette grignoteuse . Le thème c'était l'été et nous devions ouvrir notre paquet qu'aujourd'hui le 21 juin. L'échange devait être composé de 2 échevette, d'un objet brodé, d'un objet parfumé , de 2 morceaux de tissus (50x50) et d'une gourmandise. La correspondante (la copinette) de chacune nous a été attribuée par Isa (la souricette) et nous apprenions à connaitre notre copinette grâce à une petite présentation sur le forum car le secret sur l'identité de notre copinette était de rigueur!


Voila ce que j'ai envoyé à Isalaba
Voici ce que j'ai reçu de Giusy

mercredi 20 juin 2007

La lecture

J'ai commencé par faire du petit point, du tricot et du crochet avant de tomber sur le point de croix( un véritable coup de foudre) lors d'un voyage en Ecosse (Les mariés de Lavander&Lace) tout cela pour me distraire de ma première passion qu'est la lecture.
J'ai commencé à lire en CM1 sur les conseils de mon instituteur qui avait dit à mes parents que le meilleur moyen d'améliorer mon orthographe serait que je lise (c'est effectivement ce qui est arrivé) . J'ai dévoré tout les Fantomette (une héroïne féminine pas "gnangnan") puis Le club des cinq, Le club des sept et les aventures policières de Alice et des Soeurs Parker. J'étais inscrite à la bibliothèque municipale et je prenais 4 livres par semaine.
A la fin comme le lycée se trouvait proche de la bibliothèque je profitais des récréations pour aller échanger mes livres; je lisais durant les inter cours et le soir avec une lampe de poche. Je claquais tout mon argent de poche en livre (dans ma ville Sète il y avait une librairie de passionnés qui n'hésitaient pas à me prêter un livre s'il était indisponible) et en BD
(Strange, X-men). Bien sur , je n'étudiais pas car je n'avais pas le temps tout simplement ce qui fait que j'ai doublé ma première S (avec une moyenne générale de 10 /20 quand même!) . La seconde année je n'ai pas étudié plus mais comme c'était des révisions (et surtout un prof de math que je comprenais quand il parlait!) j'ai eu de meilleures notes.
Tout cela pour dire que j'aime toujours autant lire mais que mon travail, ma famille et les "activités manuelles" me permettent de réguler cette passion. C'est de cette époque que date mon gout pour les romans policiers (Dix petits nègres d'Agatha Christie ) et de Science fiction ( A la poursuite des Slans de A.E. Van Vogh et le Horla de Maupassant)...
Suite au prochain épisode...

lundi 11 juin 2007

Tifaifai




L'histoire du tifaifai commence avec l'arrivée des missionnaires en Polynésie.Les femmes missionnaires enseignèrent d'abord le patchwork aux femmes de la haute société polynésienne.Les premiers "quilts" ou "tifaifai" originaux date de 1858. Cette même année à Tahiti, le pharmacien Cuzent signale la beauté des tifaifai qui décoraient la demeure du chef de Haapape (Tahiti), le jour du mariage de sa fille.





Les Polynésiennes ont rapidement intégré le patchwork ou tifaifai dans leurs moeurs car avant elles fabriquaient déjà du tissu végétal appelé " tapa" quelle décorait d'application à motif végétal : fougères, feuilles d'uru. Lorsque le tapa a été supplanté par le calicot, c'est naturellement qu'elles se sont investies dans la couture de tifaifai.

Il existe deux sortes de tifaifai:

- Tifaifai Pû :





C'est un patchwork piécé dont les morceaux sont tous de la même forme et les motifs sont issus de livres consacrés au point de croix, au caneva ou du dessin d'un papier peint .

signifie tout à la fois :

- le groupe de femmes qui confectionnent l'ouvrage,
- la partie d'assemblage (ou flèche) constituée
des morceaux de tissus cousus entre eux.

-Tifaifai Pa'oti :
C'est un patchwork appliqué. C'est le type de tifaifai le plus répandu et le plus connu en et hors Polynésie.Les motifs sont en généralement d'inspiration végétale mais on commence à trouver des motifs marins, de tatouages polynésiens et du figuratif.

En langue tahitienne PAO ' TI signi
fie littéralement couper. Ce mot désigne également une paire de ciseaux. C'est donc tout naturellement le nom donné à la technique de l'appliqué utilisée pour la réalisation de ce type de tifaifai.

Toute les photos ont été prise lors d'une exposition-vente organisée début avril 2002 à la mairie de Papeete. Il y avait de superbes tifaifai cousu main ou machine et des tifaifai juste surfilés à coudre.

Comme la confection des tifaifai est une activité artisanale et commerciale, il y a peu de personnes qui enseigne l'art du tifaifai à des non-professionnelles. C'est surtout une transmission orale de "mamans" à jeune fille qu'un enseignement en école.

jeudi 7 juin 2007

Boutiques de patch

J'ai 2 boutiques de tissus de patch préférées.
  • L'une est à Toulon BALDASSARI : une petite boutique (parce que ) regorgeant de tissus, de livres, d'accessoires... et de machines à coudre avec une propriétaire très gentille que je connais depuis un certain temps (une quinzaine d'années) à qui on peut discuter, demander des conseils... Le plus amusant c'est que j'habite dans la région que depuis 4 ans . J'ai connu cette boutique et cette personne quand je suis venue faire un stage de formation pour mon travail : je suis marin d'état . Et je retournais la voir à chaque fois que je descendais à Toulon : pour un stage, pour une visite chez des amis, en transit entre deux affectations... Bon an mal an , le temps a passé et j'apprécie vraiment cet endroit.
  • L'autre est à Bourgmadame (en Cerdagne, ville frontalière avec l'Espagne) : elle est tenue par une dame espagnole qui avant avait une boutique à Puigcerda excentrée(ville frontalière catalane (Espagne) en expansion) Comme beaucoup de ses clientes veniaent de France (et aussi d'Andorre) elle décida d'ouvrir une petite boutique au centre de Bourgmadame . Comme cela marchait bien et qu'elle avait besoin de place pour faire ses ateliers (Quilting machine, diverses techniques à la machine), l'an dernier elle a changé de boutique : plus grande avec un espace d'exposition et un atelier tout cela dans un temps relativement court. Et la propriétaire des lieux est très sympathique et elle propose ses conseils et des idées de patch avec joie. D'ailleurs un article est paru dans Magic Patch n°68 sur elle.
Ce qu'il y a de bien pour moi c'est que je trouve des tissus très différents dans chaque boutique

lundi 4 juin 2007

Stitcher's alphabet

En navigant sur le web, je suis tombée sur ce site Brookesbooks il propose d'effectuer un alphabet illustré à partir d'éléments "d'Ouvrages de dames" (dixit Thérèse de Dilmont) avec un rythme d'une lettre tous les 2 mois. Ils ont déjà publié de A comme Aran (pull) à K comme tricoté (Knitting). Voici où j'en suis :

dimanche 3 juin 2007

samedi 2 juin 2007

Premier jour


Je profite d'une fracture et d'une entorse pour créer ce premier blog. J'aime broder et je participe à des échanges sur le net. Au vu de ces échanges, j'ai l'impression d'etre la dernière à ne pas avoir de blog où présenter ce que je fais ... donc acte!

Il y a 4 ans j'étais en Polynésie et j'ai beaucoup aimé la douceur de vivre et la culture maohi. J'ai créé à partir d'un dessin d'une marquisienne et des tatouages marquisiens sur le bras de mon mari une grille que j'ai brodé et que je vous présente avec une certaine fierté.